dimanche 30 octobre 2016

Les différents styles de déco : zen, feng shui etc...


Un des grands avantages de la décoration asiatique est que vous pouvez créer le look de compensation par l'encombrement et l'ajout de quelques accessoires bien choisis, ou vous pouvez investir plus de temps et d'énergie dans une mise à jour complète du domicile. Peu importe ce look que vous choisissez, vous pouvez le personnaliser en y intégrant la famille de photographies, d'objets, souvenirs de voyages, soi-même des projets et des œuvres d'art ne préférée dans le plan de la conception.

Les types

La décoration asiatique est étonnamment diversifiée. Il y a le noir et blanc contre le métal accents minimalisme populaire en hausse de Tokyo. Ensuite, il y a l'aspect terreux, les plus chaudes de fermes classiques japonais et chinois, avec des tons chauds et des pièces artisanales. Le look Zen intègre de nombreuses caractéristiques de la tendance éco-conception, avec des matériaux naturels et des tons apaisants.

Caractéristiques

Les caractéristiques des marques de décoration asiatique sont des lignes épurées et harmonieuses paramètres. Moins est plus, si vous devez réduire l'encombrement et de détritus ou de l'utilisation quotidienne cabinets d'Asie pour les options de rangement caché. Commodes avec de multiples petits tiroirs ou de niches de tailles différentes sont des options populaires. Rechercher des touches artisan en articles de décoration d'Asie, tels que les textiles brodés, tapis teints à la main, de la menuiserie en morceaux de bois et pièces vintage réorientés en plus des objets fonctionnels.

Fonction

les intérieurs asiatiques sont adaptables. Ils comprennent habituellement faible, pièces modulaires qui permettent propriétaires de maison à réorganiser les meubles à des fins différentes. Un futon sert un divan et un lit. Un écran à trois volets avec inserts papier translucide fonctionne comme un couvre-fenêtre, séparation de pièce ou de l'écran la vie privée. Armoires, étagères, coffres et tables offre cachée options de stockage.

Effets

La déco asiatique invite la quiétude dans la maison. Les matériaux naturels et les meubles bas d'encourager la lumière naturelle d'entrer et de Voyage à travers les espaces ouverts. Quand cela est fait correctement, le regard se sent transparente, même avec le mélange d'ancien et de nouveau et finement ouvré avec marché aux puces trouve. L'effet final est le sentiment d'un intérieur où ses objets sont bien utilisés et aimé.

Considérations

Bien que les décors asiatiques évitent l'encombrement en excès pour nettoyer les surfaces, il ya des détails design étonnant vous pouvez trouver. Une cour ou un dessus de table peut être consacré à un jardin zen avec des pierres et du sable. Une fenêtre de la cuisine peut regarder sur un morceau traditionnel de l'architecture des jardins, comme une lanterne de pierre, une porte en bois ou une pièce d'eau. L'intégration du Yin et du Yang grâce aux accessoires pop crée visuel dans les intérieurs asiatiques. Un bol en laque noir peut contenir des pierres blanches, ou un tatami bruts peut tenir céramique lisse.

La décoration indienne


la décoration indienne est dynamique et riche en histoire et tradition. Des couleurs riches et exotiques sont utilisées pour les murs, alors comparer les couleurs de peinture dans un rouge profond, des ors majestueux et bleus turquoise vif. Rechercher des accents dans les tons de joyaux, comme le violet et orange. La décoration indienne répugne jamais loin de la couleur, si l'embrasser dans votre propre maison pour recréer un décor de style indien d'influence. Le style indien utilise aussi beaucoup de modèles, afin de choisir du papier peint ou d'autres accents qui ont des conceptions complexes. Meubles et le tissu sont richement conçue, et les éléphants sont présentés comme un précieux accessoire - comme des statues, des peintures ou d'autres accessoires. Recherchez un sari indien sur un marché aux puces ou magasin et tirer les couleurs et les textures de lui pour créer et authentiquement indienne chambre inspirée.


Décor chinois

décor chinois met l'accent sur l'utilisation de l'art d'affichage des pièces et des intérêts à une chambre. Les peintures murales sont largement utilisés, que ce soit sur les murs ou sur des morceaux de poterie pour des scènes du folklore chinois. La couleur rouge est utilisée autant que possible, que le rouge est considérée comme bonne chance dans la culture chinoise et, par conséquent, très souhaitable d'avoir en sa maison. Pour décorer avec l'influence chinoise, utiliser le rouge sur les murs et mettre en poteries antiques qui sont émaillés d'œuvres d'art. Rechercher des pièces qui dépeignent des histoires ou des histoires du peuple chinois. Contraste vos murs rouges avec des bois sombres pour créer un équilibre suppression sophistiqué.


Décor japonais

centres de décor japonais sur clairsemé et l'utilisation de fibres naturelles dans la décoration. Une maison traditionnelle japonaise aura tatamis nombreuses pour le confort des clients, et vous verrez que les couleurs qui sont intégrés au décor japonais sont ceux trouvés dans la nature: la couleur du bambou, gris pierre et d'autres couleurs naturelles qui illicites un environnement serein. décorateurs japonais faveur des éléments d'eau, donc ajouter un peu de sérénité à votre chambre avec une petite fontaine ou décoration murale de vie. Les paravents Shoji sont utilisés pour séparer les zones d'une pièce. Placez un écran entre la cuisine et le salon pour créer une ambiance calme et relaxante espace de vie.

samedi 22 octobre 2016

Le lit dans une chambre Feng Shui



Le Feng Shui considère la chambre comme l'une des pièces les plus importantes de la maison. Les adultes passent un tiers de leur vie dans un lit, les enfants et les adolescents plus encore. Il s'agit donc d'un lieu majeur pour une vie harmonieuse.

Le lit en lui-même doit se trouver diagonalement opposé à la porte. L'élément de surprise n'est jamais recommandé dans une chambre. Si la porte n'est pas visible du lit, un miroir bien placé permettra à ses occupants de voir toute personne qui entre. Un lit dont le pied est aligné avec la porte est dit en "position mortuaire" en Chine, parce que les cercueils sont ainsi placés en attendant l'enterrement.

Portes et fenêtres se faisant face sont considérées comme défavorables. Si une ligne de chi entre deux fenêtres, ou une porte et une fenêtre traverse le lit, elle peut provoquer une maladie.

Dans l'idéal, le lit devrait se trouver éloigné du sol d'une hauteur suffisante pour que l'air puisse circuler en dessous. Les tiroirs remplis de vêtements en réserve et les caisses de journaux et de magazines glissés sous le lit entraînent un chi stagnant indésirable.

Le lit doit être fait dans un matériau naturel qui peut respirer. Le bois est le plus courant mais le bambou peut être choisi. Une tête de lit protège et soutient mais elle doit être soigneusement fixée. Le lit sera adossé à un mur et non à une fenêtre qui peut donner un sentiment d'insécurité et laisse passer les courants d'air.

Si un lit double est difficile d'accès et que l'un de ses occupants est obligé de grimper l'un ar-dessus l'autre pour y entrer ou en sortir, le climat sera houleux. La meilleure position pour un lit est contre un mur, avec assez d'espace de chaque côté pour une petite table ou un placard. Un seul chevet ne convient pas, l'équilibre devant être respecté.

samedi 8 octobre 2016

Les paravents japonais


Les paravents japonais diffèrent des chinois non par leur fonction qui comme en Chine vise à séparer des volumes, mais par leur décor qui, dès l'époque de Heian, est un espace réservé à la peinture et à la calligraphie. Le paravent japonais est composé le plus souvent de six ou huit feuilles tendues de papier et ou de soie qui constituent un espace horizontal beaucoup plus large que haut.

Il n'est pas de grand nom de la peinture japonaise qui n'ait signé des paravents ou des fusuma, ces cloisons coulissantes qui ferment les réduits ou séparent des pièces. Les décors des paravents japonais s'inspirent jusqu'au IXème siècle de l'iconographie bouddhique et du style des Tang.

Par la suite, les paysages du style traditionnel yamato-e eux aussi inspirés par le paysage chinois se partagent écrans et paravents avec la calligraphie. La peinture japonaise à l'inverse de la peinture chinoise aime les effets décoratifs de la couleur : les paravents à fond d'or où ils viennent contraster de grandes masses colorées se retrouvent à différentes périodes. De l'époque Momoyama, parmi des paravents à thèmes narratifs, sont conservés des paravents très particuliers les "paravents des Portugais" (namban biôbu), qui manifestent le retentissement de l'arrivée d'étrangers au Japon.

Au XVIIème siècle, les maîtres de l'école Kanô engagés comme décorateurs par les shôgun Tokugawa peignent paravents et fusuma de thèmes décoratifs. En marge du clan des Kanô dont il s'est séparé, Morikage est le premier à peindre des scènes de la vie rurale japonaise. Ôgata Kôrin au XVIIIème siècle renouvelle le traitement des thèmes décoratifs sur des paravents célèbres tel les grues de la Freer Gallery ou Les iris conservé au musée Nezu. Hokusai et les peintres de l'école ukiyo-e décoreront eux aussi des paravents de scènes agrestes aux vastes décors colorés.

Les paravents japonais sont un excellent moyen de créer un espace intime dans une chambre notamment. Ils apportent une touche de secret et d'intimité qui suscite la curiosité et donne une ambiance sensuelle à une pièce.

samedi 1 octobre 2016

Comprendre le sens des représentations divines dans l’art indien


Dans l’hindouisme, l’image d’un dieu est un symbole direct du dieu lui-même. Dans la peinture et le statuaire de l’art indien , les gestes, postures, habillements des dieux ont un sens et un langage.

Les postures des dieux :

Que ce soit dans la peinture ou la sculpture indienne, la position (âsana) qu’adopte une divinité nous permet de  déduire si la divinité est en état de détente, de combativité ou de méditation.

Samabhanga (littéralement : sans flexion) : c’est la position habituelle des représentations en pied. Le poids est également réparti entre les deux pieds, le corps est droit, en équilibre. Un variante est la position sthânu (le pilier). C’est notamment l’attitude figée de Shiva en tant qu’ascète qui reste plongé dans sa méditation jusqu’à ce qu’un univers ait disparu et qu’un autre soit apparu.

Abhanga (littéralement : avec une seule flexion): cette station debout, où le poids repose sur une seule jambe, les deux pieds posés au sol, les genoux tendus et la hanche saillante du côté sur lequel le poids du corps de repose pas, exprime que la divinité est plongée dans ses pensées. 

Pâdasvastikâ  : le poids du corps repose sur une seule jambe, l’autre jambe est croisée devant la première et s’appuie légèrement sur les orteils. Cette attitude qui exprime la sérénité et la détente caractérise principalement Krishna joueur de flûte.

Âlîdhâpada : les deux pieds sont plaqués au sol. La jambe gauche est légèrement tendue vers l’arrière, le genou droit plié vers l’avant. C’est l’attitude du tireur à l’arc, caractéristique notamment de Shiva dans son rôle destructeur de trois villes.

Padmâsana : c’est la célèbre position du lotus. Les jambes sont croisées, les pieds sur les cuisses et la plante des pieds apparente. C’est l’attitude de profonde méditation.

Yogâsana : la position du yogi, dite « en tailleur ». Les jambes sont croisées, les pieds touchent le sol, les genoux légèrement relevés sont maintenus par une bande appelée yogapatta. Cette position montre la divinité sous on aspect d’ascète.

Vîrâsana : cette posture du « héros » se présente sous diverses formes. L’une d’elles, le « demi-lotus », diffère à peine de la padmâsana. Les jambes sont simplement croisées l’une au-dessus de l’autre sans être entremêlées. Souvent une seule jambe est posée sur le socle, l’autre retombant jusqu’au sol. Cette attitude caractérise la divinité qui s’est distinguée par son héroïsme dans la lutte contre les démons.

Pralambapadâsana : la position à l’européenne. La divinité semble assise sur une chaise, les deux jambes pendantes, les pieds posés sur le sol. Cette attitude indique que la divinité est en contemplation.

Râjalîlâsana : posture en « aise royale ». Une attitude décontractée qu’adoptent souvent les dieux quand ils sont représentés assis en compagnie de leur épouse. Une jambe est repliée, l’autre retombe librement vers le bas, le poids du corps repose souvent sur un bras.

Nrityamûrti : un aspect d’une divinité en position de danse. Le danseur se tient sur une seule jambe, le genou légèrement fléchi. Le pied de l’autre jambe est posé sur la face interne de la cuisse de la jambe support. La danse est considérée comme l’acte de création universelle par excellence quand le danseur est un homme.

Les pieds des dieux ne touchent jamais le sol, c’est pourquoi les statues indiennes ont toutes des socles.  De même que pour la posture, les gestes expriment de manière raffinée les intentions, émotions et qualités des dieux, et cela dans tous les arts indiens.

Abhaya mudrâ : main droite levée, paume vers l’avant. Geste de bénédiction, protection et apaisement.

Jnâna mudrâ :  la main, paume vers le haut, est à hauteur du cœur. Le pouce forme un anneau (généralement avec l’annuaire). La sagesse est la caractéristique de la divinité qui s’exprime par ce geste. 

Tarjanî mudrâ : l’index dressé est signe de menace ou de mise en garde.

Varada mudrâ : la main droite ouverte, paume offerte, doigts inclinés vers le sol, est tendue vers le croyant pour indiquer que la divinité est prête à exaucer un vœu ou à accorder une bénédiction.

Vismaya  mudrâ : un geste d’étonnement ou d’admiration qu’une divinité ne fait qu’en présence d’un autre dieu en qui elle reconnaît son supérieur.

Vitarka mudrâ : par ce geste où le pouce et l’index forment un anneau, la divinité prouve la pureté de son jugement et sa sagesse intellectuelle. Si de plus, la divinité tend la main vers le spectateur, ce geste indique sa volonté de lui enseigner quelque chose.

Anjali mudrâ : mains jointes, paume contre paume ou « les mains en prières ». Il s’agit d’un geste de vénération et d’adoration lorsque les mains sont à hauteur de la poitrine. Si les mains sont à hauteur du front, c’est un geste de salutation usuelle.    

Dhyâna mudrâ : la divinité en posture de méditation a les mains posées sur les genoux, la main droite sur la gauche, les paumes vers le ciel. Appelée aussi yogamudrâ, c’est l’attitude de méditation profonde ou de recueillement parfait.

Gajâ : le bras tendu de biais vers l’avant, le long de la poitrine, les doigts dirigés vers le bas. Ce geste qui symbolise la trompe de l’éléphant est un signe de puissance et de force.

Hastasvastika : les bras croisés devant la poitrine indiquent la soumission totale à une divinité placée plus haut.
Patâka : le bras tendu comme l’aile d’un oiseau exprime la force. Ce geste fait également parfois référence à la force des flammes du feu.

Damarû : ce geste et les trois suivants n’ont pas de signification symbolique propre. Il s’agit de gestes qui forment un tel tout avec les objets symboliques qu’ils tiennent qu’ils sont souvent représentés sans ces objets dont ils ont repris la symbolique.

Katakâ : le geste par lequel on tient une fleur de lotus ; cette position de la main invite le croyant à faire une offrande de fleurs.

Ardhacandra : c’est un geste par lequel la divinité porte le feu, placé ou non dans une coupelle ou un autre récipient.

Kartarî : par ce geste joignant le pouce à l’annulaire, la divinité supporte des attributs. Lorsque ce geste est exécuté sans tenir entre l’index et le médius dressés l’attribut en question, il symbolise les bois du cerf et représente l’antinomie de toutes choses.

Les représentations des dieux indiens passent aussi  par une grande diversité de coiffures et couronnes. Toutes ont un sens et un symbolisme particulier qui parlent à l’initié :

Shirastraka : turban fait d’une bande d’étoffe ou de torsades de cheveux et maintenu par un nœud à l’avant. Porté en compagnie des dieux par des figures secondaires, par des démons et des êtres célestes.

Kiritamukuta : au propre et au figuré, la plus haute de toutes les couronnes. La forme est celle d’un cylindre légèrement conique, en forme de tiare ou de mitre, et terminé par un bouton ou une pointe. C’est la couronne de Vishnu et de tous les dieux qui sont en rapporta avec lui. Portée par une déesse, cette couronne indique que cette déesse est à ce moment-là de rang égal à celui des dieux les plus hauts.

Jatâmukutura : couronne de torsades de cheveux savamment imbriquées, dont la forme rappelle celle du Kiritamukuta et qui est souvent richement décorée. Le Jatâmukutura  est la tiare de l’ascète, elle est principalement portée par Shiva et décorée du croissant ou du crâne caractéristique.

Karandamukuta : cette couronne, plus petite que le Kiritamukuta, est faite de couches superposées de plus en plus étroites et se terminant en cône, un peu comme une pile d’assiettes. Le dieu ou la déesse qui la porte indique ainsi sa place subalterne au panthéon.

Jatâbhara : c’est une coiffure sous la forme d’une masse de tresses ou de cheveux en broussaille disposés perpendiculairement au visage. Une coiffure typique du dieu Shiva.
    
Jatâmandala : lorsqu’une divinité se présente sous une des formes terrifiantes, on peut souvent l’identifier grâce à sa coiffure en éventail, faîte d’une couronne de cheveux lisses ou en broussailles  dressée autour de la tête.

Jvâlakesha : les cheveux entourent la tête comme une auréole de langues de feu. Cette coiffure caractéristique du dieu du feu Agni, est parfois également portée par la déesse Kâlî.

Le Musée Cham à Danang au Vietnam

Appelé Bao Tang Cham, ce musée fut crée, en 1915, par l’Ecole française d’Extrême-Orient. Il rassemble la plus belle collection de sculp...